Петък, 22.11.2019, 02:10
Main » Ad Board » ДРЕВЕН ЕГИПЕТ И АФРИКА » Архитектура

François Daumas - Les mammisis des temples égyptiens
04.03.2019, 15:43

"Мамиси" е коптска дума, означаваща "място на раждане". Основоположникът на египтологията - Жан-Франсоа Шамполион  (1790-1832)  използва термина за обозначаване на малките светилища ("параклиси", "капели") които от времето на Късния период (VII-IV в. пр. н.е.) се строят към основния храм, най-често пред пилоните. Символиката на това архитектурно решение е да изобразява мястото на раждане на конкретното божество. 
Настоящата изчерпателна монография, посветена на древноегипетските мамиси е дело на известния френски египтолог Франсоа Дома (1915-1984).

François Daumas - Les mammisis des temples égyptiens, Paris, La société d'édition Les Belles Lettres, 1958

- на френски език, от The Internet Archive, формат PDF.Свалянето става с десен бутон (downloading by right button) и Save as...

 

Added by: Admin | | Tags: древноегипетска археология, древноегипетска архитектура, Късен период, Древен Египет, древноегипетски храмове, мамиси, древноегипетска религия
Views: 292 | Placed till: 04.04.2019 | Rating: 0.0/0
Total comments: 1
0
1 Admin  
Un mammisi est une petite chapelle construite près d'un temple majeur qui servait aux représentations des mystères de la naissance divine. Le terme mammisi fut inventé par Jean-François Champollion au xixe siècle.

Les exemples les plus célèbres que l'on peut encore visiter aujourd'hui datent pour la plupart des époques ptolémaïque et romaine.

Dans sa forme développée et connue, le mammisi le plus ancien date de Nectanébo Ier de la XXXe dynastie qui en édifia un premier à Dendérah. L'exemple sera alors suivi et répété dans chaque grand sanctuaire du pays reconstruit par les souverains gréco-romains. Outre Dendérah, on peut ainsi citer les mammisi d'Edfou et de Philæ, mais on en trouve également à Kôm Ombo, El Kab, etc. Du fait de leur édification relativement récente ces monuments sont assez bien conservés méritant d'être davantage décrits et étudiés.

Ils formaient en général des édifices périptères qui étaient placés soit perpendiculairement à l'axe du grand temple auquel ils étaient rattachés, comme à Dendérah ou Edfou, soit accolé au temple, comme à Philæ.

Les portiques qui entouraient le naos étaient constitués de colonnes à chapiteaux composites reliés entre eux par des murs bahuts ou murs d'entrecolonnement formant ainsi des panneaux illustrés où le souverain régnant sacrifiait et faisait offrande aux dieux.

Plusieurs salles se succédaient et étaient consacrées aux différentes étapes de la naissance divine. On y trouvait en général des représentations des déesses destinées à accompagner l'accouchement céleste ou encore garantes de la fertilité. Thouéris, Râttaouy, les Sept Hathor qui présidaient à la naissance y étaient particulièrement vénérées mais on y retrouvait également Bès et Khnoum ainsi qu'Osiris en tant que dieux de la fertilité et de la prospérité.

Les mammisi formaient donc une traduction architecturale du mythe de la naissance divine et de son éternelle répétition. À dater de la fin de la Basse époque ces édifices viennent confirmer le rétablissement du pouvoir royal que chaque dynastie s'emploiera à affirmer au cœur même des grands sanctuaires du pays y compris les empereurs romains.

Only registered users can add comments.
[ Registration | Login ]